Pour accompagner la transformation numérique de l’État, le Gouvernement se dote d’une stratégie d’utilisation du cloud (« l’un des chantiers prioritaires de la transformation numérique de l’État » selon Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique)

par l’administration. Son objectif ? Développer, d’ici à trois ans, l’usage du cloud par les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales. On ne peut que rester circonspect lorsque le Gouvernement parle de stratégie cloud lorsque l’on a en tête les expériences Cloudwatt et Numergy. Néanmoins, à l’instar des entreprises, les administrations se doivent d’explorer ces technologies.

Un cloud hybride en fonction des usages et sensibilités des données

Annoncée par Mounir Mahjoubi – secrétaire d’État chargé du Numérique – à l’occasion de la Cloud week, la stratégie cloud de l’État s’appuie sur le développement d’une offre de cloud hybride en fonction des usages et de la sensibilité des données :

– un « cloud interne », dédié aux données et applications sensibles, accessible à l’ensemble des ministères via un portail interministériel. Hébergé par l’administration, ce cloud sera conforme aux exigences régaliennes de sécurité.

– un « cloud dédié », pour les données et applications de sensibilité moindre, reposant sur une offre externe personnalisée pour les besoins de l’État et hébergé sur des infrastructures dédiées. L’ANSSI en supervisera la sécurité. Des briques FranceConnect Plateforme y seront pré-intégrées pour simplifier les développements de services et d’applications.

– un « cloud externe », dédié aux données et applications peu sensibles, constituée d’un catalogue d’offres Cloud accessibles sur internet, porté par des centrales d’achat public pour en faciliter la commande.

Chaque administration pourra ainsi choisir la solution qui lui convient le mieux. En encourageant le recours au cloud, le Gouvernement a également à cœur de renforcer la souveraineté numérique de l’État et la maîtrise de ses données.