Le secteur de la mobilité ne se limite plus au simple transport ou au déplacement d’un lieu à un autre. Il s’agit d’une expérience et de son intégration dans le mode de vie des consommateurs.

Le secteur subit une transformation majeure sous l’impulsion des technologies numériques et de l’introduction de concepts avancés tels que le transport électrique, autonome et multimodal.

L’impact est amplifié par l’évolution des modèles de consommation à la recherche d’expérience et l’importance de la durabilité.

Dans l’industrie automobile, nous prévoyons trois grandes tendances , qui offrent aux acteurs les plus innovants, les plus agiles et les plus récents, l’opportunité de mener la rupture.

1/ Les tendances PACES de l’automobile

L’industrie automobile est influencée par ce que l’on appelle les changements liés à la personnalisation, l’autonomie, la connectivité, l’électrification et la mobilité partagée (PACES).

Les clients recherchent des véhicules personnalisés en fonction de leur style de vie et de leurs préférences ; il ne s’agit pas seulement de voitures sur mesure, mais aussi d’interactions exceptionnelles avec les utilisateurs, d’info-divertissement, de services basés sur le cloud computing, etc.

Un grand nombre de voitures sont aujourd’hui de niveau autonome L2 (automatisation partielle de la conduite) /L3 (automatisation conditionnelle de la conduite).  Les attentes concernant le niveau de fonctionnalités des systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS) disponibles dans un modèle de luxe ont également beaucoup augmenté.  La livraison du dernier kilomètre est une opportunité et un changement omnicanal se produira avec les technologies sans conducteur dans la prochaine génération. L’objectif est d’améliorer l’efficacité de l’ensemble de la chaîne de valeur grâce à des technologies durables et connectées.

La connectivité (à internet) pour la voiture ne se limite plus au divertissement ou à la navigation, mais s’étend à la sécurité et à la sûreté. 40 % de la nomenclature du véhicule sera constituée de logiciels intégrés au véhicule.

Les impératifs liés au changement climatique favorisent l’utilisation d’énergies alternatives pour les véhicules. L’industrie automobile doit se conformer à la norme « net zéro » en utilisant des matières premières durables. Les utilisateurs finaux sont également conscients d’acheter des véhicules à consommation zéro. D’autres facteurs favorisent l’électrification : la hausse du prix du pétrole brut et l’augmentation des réglementations visant à contrôler l’empreinte carbone.

2/ Passer des chaînes de valeur aux écosystèmes

Traditionnellement, les automobiles ont été construites par un réseau étroit d’équipementiers et de fournisseurs. Chacun d’entre eux ajoutant une valeur supplémentaire au fur et à mesure de la construction du véhicule.

Aujourd’hui, un véhicule électrique (VE) ou un véhicule autonome (VA)  nécessite plusieurs technologies de niche et le modèle actuel de chaîne de valeur ne répondra pas aux besoins du marché en matière de fabrication à grande échelle. Plusieurs petits acteurs se réunissent pour produire des composants qui peuvent ensuite être assemblés. Il s’agit notamment d’algorithmes permettant une meilleure charge/décharge de la batterie.

3/ Le rôle croissant de la technologie numérique

L’ensemble du parcours du client, de l’avant achat à la transition en passant par la propriété, est régi par l’électronique et les logiciels.

Par exemple, le moteur à combustion interne se transforme grâce à la technologie de l’électrification. La chimie avancée des batteries à moindre coût, l’accès aux infrastructures de recharge, l’augmentation de l’autonomie par charge et les réglementations gouvernementales prévoyant des mesures incitatives poussent le marché vers les véhicules électriques.

La réalité augmentée, la réalité virtuelle et le métavers permettent à l’industrie automobile d’entrer en contact avec les clients dans des environnements virtuels proches de la réalité.

L’IoT, les dispositifs informatiques de périphérie et les capteurs de nouvelle génération constituent le cœur d’une plateforme automobile capable d’offrir une conduite assistée sûre pilotée par l’IA.

Et pour après ?

L’avenir de la mobilité s’articulera autour de trois éléments clés. Les compétences pluridisciplinaires non traditionnelles et les logiciels seront les moteurs du secteur. L’évolution de l’environnement externe alimentera de nouveaux modèles commerciaux et de nouvelles sources de revenus. Le secteur reconnaît et adopte le pouvoir des écosystèmes et l’impact du réseau qui est créé. Avec l’évolution des préférences des acheteurs et des paradigmes de propriété, les attentes en matière d’expérience sont très élevées. L’industrie automobile doit donc repenser l’ensemble du parcours, de l’avant-achat aux services après-vente, en tenant compte du point de vue du client et en proposant des expériences attrayantes.
___________________

Par Gopikrishnan Konnanath – SVP et responsable mondial des services d’ingénierie et de blockchain, Infosys.

 

À lire également :

Quatre tendances d’edge computing à surveiller en 2022

Concession automobile : le nécessaire interfaçage entre DMS et SI constructeurs

La digitalisation de l’industrie automobile va continuer de s’accélérer

Industrie 4.0 et Réalité Augmentée