Alors qu’Apple veut basculer le monde macOS dans l’univers ARM dans les prochains mois et abandonner Intel sur ses ordinateurs, Qualcomm veut pousser encore un peu plus Windows vers le monde ARM et lance sa deuxième génération de processeurs « Sanpdragon 8CX » pour PC.

Quelques heures après l’annonce des nouveaux processeurs Intel mobiles « Tiger Lake », la concurrence cherche déjà leur à voler la vedette. Qualcomm a profité de l’IFA pour introduire la seconde génération de ses Snapdragon 8CX, des processeurs mobiles spécialement calibrés pour les ordinateurs portables.

Lancée en 2019, la première génération n’a pas franchement réussi à s’imposer. On l’a essentiellement vu sur le Samsung Book S et surtout la Surface Pro X de Microsoft (qui en embarque une version personnalisée pour l’éditeur). Un échec principalement dû à Windows dont l’écosystème logiciel n’est pas encore assez mature pour offrir des versions ARM natives des logiciels les plus utilisés, obligeant les utilisateurs à reposer sur une couche d’émulation poussive et imparfaite. Cependant, au fil des mois, et particulièrement depuis la sortie de la Surface Pro X, on a vu peu à peu l’univers Windows s’adapter à ARM aussi bien du côté des navigateurs (Firefox, Chrome/Edge) que du côté des outils Microsoft (Visual Studio Code, .NET 5, et le portage de DirectX 12).

Qualcomm lance son 8cx Gen 2 5G

Le Snapdragon 8CX « Gen 2 » offre une connectivité 5G et Wi-Fi 6, un traitement intégré des images jusqu’à 32 mégapixels et des fonctionnalités IA (accélération matérielle des inférences) améliorées, notamment utilisées pour réduire les bruits environnants durant les visioconférences. Les performances sont données comme 50% supérieures à la Gen1 et surtout 18% plus rapides que les processeurs Intel Core i5 Gen 10 en 15W alors que le 8CX se contente de 7W pour offrir aux PC une autonomie de plusieurs jours (25 heures annoncées) !

Le problème pour Qualcomm, et pour Microsoft, c’est que ce Snapdragon 8CX Gen2 semble ne pas en avoir assez dans le ventre pour concurrencer les futurs processeurs préparés par Apple pour ses nouveaux Mac sous ARM. Les comparaisons seront inévitables. Et tout porte à croire qu’elles ne tourneront pas en faveur de Qualcomm et Windows.

Autre souci, l’avenir de Windows 10 sur ARM dépend d’une plus large adoption par les développeurs. Panos Panay, le patron de la division Windows & Surface, est intervenu lors de la conférence Qualcomm affirmant que l’équipe « Microsoft App Assure » travaillait activement pour encourager éditeurs et ISV sur la voie de Windows on ARM, sans entrer toutefois dans les détails.
Il a également laissé entendre que l’avenir de Windows sur ces architectures venues des smartphones dépendait aussi de Windows 10X, ce qui semble effectivement logique si les dernières rumeurs sur l’évolution du système sont vraies. Mais ce n’est pas là non plus une nouvelle encourageant tant le système semble accumuler du retard. On pourrait cependant avoir de bonnes surprises à ce sujet lors de la conférence Microsoft Ignite dans quelques jours.

Acer Spin 7 5G sous Snapdragon 8cx Gen 2

En attendant, outre Microsoft (et sa Surface Pro X), Samsung (et son Galaxy Book S) et Lenovo (avec son Yoga 5G), Qualcomm pourra aussi compter sur un nouveau venu, ACER, qui a présenté « Spin 7 5G » à l’IFA sous 8CX Gen 2 ainsi que sur le retour de HP dont un nouveau modèle sous Snapdragon a été « teasé » en attendant une annonce officielle du constructeur.
Reste maintenant à convaincre les utilisateurs. Et pour cela, Microsoft va devoir mettre bien plus d’arguments dans la bataille qu’il n’en a mis jusqu’ici. D’autant que la prochaine génération de PC « EVO » animés par les nouveaux processeurs Intel Core « Gen 11 » (Tiger Lake) promet d’être bien plus joueuse et polyvalente que les ultrabooks actuels. De quoi garder dans l’univers x86 la plupart des utilisateurs Windows.